Dépendance, addictions : comment y mettre un terme

Addiction à la nicotine, aux drogues dures, au sucre mais aussi dépendance affective sont des troubles psychologiques malheureusement courants qui peuvent détruire la vie de ceux qui en souffrent. Mais des solutions existent pour s’en sortir. Le point.

Quand le suivi psychologique s’impose

Pour de nombreuses personnes, leurs addictions « ne sont pas si graves que ça » ou bien elles ne se rendent pas du tout compte qu’elles ont un problème.

Notons que les addictions peuvent être réparties en deux types : les addictions dues à certaines substances et les addictions par rapport à des comportements particuliers. Voici des exemples d’addictions courantes et parfois mal connue donc peu souvent diagnostiquées :

  • Dépendance aux drogues (alcool, tabac, drogues dures) ;
  • Dépendance aux médicaments ;
  • Dépendance à la nourriture ;
  • Dépendance au travail ;
  • Dépendance aux jeux ;
  • Dépendance à Internet ;
  • Dépendance aux pratiques sexuelles ;
  • Dépendance aux achats.

Or, ces addictions ne sont pas sans risques pour le corps humain. Une dépendance à la nourriture peut mener vers l’obésité, comme une dépendance au sexe peut mener vers la contraction de multiples MST, parfois mortelles. Notons également que les cancers, les troubles vasculaires cérébraux, les overdoses ou les maladies graves du foie sont le lot des addictions aux drogues (toxicomanie, alcoolisme, tabagisme…).

En plus de ces effets néfastes, les addictions peuvent être dues à des troubles psychologiques ou émotionnels difficiles à résoudre ou à identifier. Ainsi, la victime se retrouve coincée dans une spirale de dépendance et a donc besoin d’un suivi professionnel pour s’en sortir.

Les addictions sont à juste titre considérées comme des problèmes de santé publique, ce qui a d’ailleurs donné lieu au plan 2007-2011 pour la prévention et la prise en charge des addictions dans les hôpitaux et les services spécialisés.

Qui consulter pour se sortir des addictions ?

Si elles sont considérées comme des problèmes de santé publique, les addictions peuvent donc se soigner grâce à l’aide conjuguée de médecins et de travail personnel.

En effet, un sevrage, quel qu’il soit, entraînera des effets secondaires indésirables qu’il vous faudra apprendre à maîtriser. Angoisses, anxiété, troubles du sommeil et perte d’appétit sont le lot commun des personnes souhaitant se débarrasser de leurs addictions. Eh oui, le corps dépendant va tout faire pour vous empêcher d’y arriver ! Heureusement, l’accompagnement par des professionnels de santé et votre motivation vous permettront d’en venir à bout, et ces symptômes désagréables disparaîtront en même temps que votre addiction.

Pour commencer, il faut d’abord aller consulter votre médecin traitant. Ce dernier, qui vous connaît bien, sera à même de vous diriger vers le bon praticien (psychiatre, psychothérapeute…) et pourra éventuellement vous donner un traitement pour vous aider à vous détendre si nécessaire. Vous pouvez également consulter un psychologue pour connaître son avis et vous aider dans votre décrochage. Vous entamerez ensuite une thérapie comportementale, pouvant se réaliser à domicile ou en clinique psychiatrique selon la nocivité de votre trouble*.

* A titre d’exemple, nous pouvons citer le réseau d’établissement Clinea, spécialisé pour ces troubles : https://www.clinea.fr/clinique-ssr

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply